Brèves N°92 - 1971 : retraite à 60 ans, la rue pour l’obtenir

Le 6 septembre 1971, les confédérations CGT et CFDT se rencontrent et élaborent une déclaration commune où l’un des axes principaux est la retraite (droit à taux plein à 60 ans pour les hommes, à 55 ans pour les femmes).
Le 1er décembre, plus de 100 000 personnes dans les rues de Paris à l’appel de ces deux confédérations, autant dans le Nord et le Pas de Calais, mais aussi des défilés à Marseille, Lyon, Nantes, Clermont-Ferrand… Les travailleurs se mobilisent pour la retraite à 60 ans !
Le soir même, l’Assemblée Nationale vote à l’unanimité une hausse des pensions de 25% en trois ans. «Ne vous croyez pas quittes avec cette loi», titre l’Humanité dès le lendemain.
Mais, soutenu par les organisations patronales, le cabinet Chaban-Delmas bloque. Le malaise social est patent : conflits à la Samaritaine, aux PTT, à l’ORTF ou encore à la Comédie Française. A chaque fois, la hausse du pouvoir d’achat et les retraites sont au cœur des revendications.
Aujourd’hui, la vigilance reste indispensable et la mobilisation sera de nouveau nécessaire.

Lire l’Histoire de la fédération CGT des PTT, tome 2, p.366

Posté par JeamS à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Brèves N°92 - 1831 : Vivre en travaillant ou mourir en combattant

A Lyon, en 1831 et 1834, les ouvriers de la soie, les canuts, se sont révoltés, initiant ainsi un mouvement social inédit par son ampleur. «Vivre en travaillant ou mourir en combattant» était leur mot d’ordre. Ils réclamaient, avant tout, un salaire garanti et des conditions de vie décentes.
C’est dans la montée de la Croix- Rousse, où ils sont installés, que les ouvriers de la soie feront parler d’eux dans toute l’Europe voilà presque deux siècles.
Le revenu des uns et des autres, 18 sous environ pour 15 heures de travail par jour, ne permet qu’une vie de misère. Du fait de métiers à tisser beaucoup plus productifs qu’auparavant (métier Jacquard) et en dépit d’une demande soutenue, ce revenu est deux fois moindre que sous le Premier Empire !

Certains négociants refusent d’appliquer le tarif minimum et, le 19 novembre 1831, les canuts se mettent en grève. Ils vont vite faire face à la garde nationale. Des coups de feu claquent. La révolte gronde. Deux jours plus tard, les canuts descendent de leur colline, drapeau noir en tête, et occupent le centre de Lyon. On comptera plusieurs centaines de morts. Maîtres de la deuxième ville de France mais ne sachant que faire de leur victoire, les canuts et la garde nationale, qui s’est finalement ralliée à eux, constituent un comité insurrectionnel pour se donner le temps de réfléchir.
Le Président du Conseil, Casimir Perier, envoie 20 000 hommes aux portes de Lyon où ils attendent patiemment que les insurgés se lassent. Le 5 décembre 1831, les troupes entrent dans la ville sans effusion de sang. La garde nationale est désarmée et dissoute. Le pouvoir parisien rassoit son autorité et passe aux oubliettes les revendications des canuts.
Solidarité entre ouvriers, organisation de la lutte, mais surtout préservation de l’outil de travail caractérisent ces soulèvements de la classe ouvrière lyonnaise.

Lire La révolte des canuts de Maurice Moissonnier.

Posté par JeamS à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Brèves N°92 - 1791 : La loi Le Chapelier

Dénoncer les ouvriers, les fonctionnaires, les personnels soignants et autres … comme ayant la coupable intention d’être des ennemis du bien général, considérer le droit de grève et les minimas sociaux conventionnels comme une atteinte à la concurrence libre et non faussée, voilà les arguments qui ont de tout temps eu un grand avenir dans le combat de classe.
Mais qu’en est-il en 1791 ?
« Le salaire devrait être un peu plus considérable… Néanmoins, il est nécessaire de prévenir le désordre, à savoir les coalitions que forment les ouvriers pour faire augmenter le prix de la journée de travail… Il faut absolument les réprimer parce que les ouvriers portent atteinte à la liberté des entrepreneurs de travaux et ils cherchent à recréer les corporations anéanties par la révolution », dixit Isaac Le Chapelier, député du Tiers-État, 14 juin 1791.
« L’anéantissement de toutes espèces de corporations du même état ou profession étant l’une des bases de la constitution française, il est interdit de les rétablir sous quelque prétexte et quelque forme que ce soient… Les citoyens d’un même état et profession ne pourront, lorsqu’ils se trouveront ensemble, se nommer ni président, ni secrétaires syndics, tenir des registres, prendre des arrêtés ou délibérations, former des règlements sur leurs prétendus intérêts communs », extrait du texte de loi Le Chapelier.
Cette loi de prohibition, dira Jean Jaurès, a pesé sur les travailleurs de France jusqu’en 1864 pour le droit de grève et 1884 pour le droit syndical.
Lire le dossier du Relais n° 87 signé Serge Lottier et l’Histoire de la Fédération, 1er tome p 38.

Posté par JeamS à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 septembre 2021

Brèves N°91 : 1981 : Y voir clair, s’engager, peser dans le sens du changement

Du 1er janvier à la fin février, plus de 300 préavis de grève sont recensés. Au total, ce sont des dizaines de milliers de travailleurs des PTT qui disent NON à la pause catégorielle et expriment leur aspiration à lutter ensemble pour leurs revendications. Et c’est sur ce fond de combativité que se préparent la grève du 26 mars et l’élection présidentielle.700000 grévistes dans l’ensemble du secteur public et nationalisé, dont 80000 dans les PTT. «Jamais encore les grévistes n’avaient été aussi nombreux dans les PTT lors d’un arrêt de... [Lire la suite]
Posté par JeamS à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 septembre 2021

Brèves N°91 : 1871 : L’internationale

Le 6 novembre 1887, le grand poète révolutionnaire Eugène Pottier mourait à l’hôpital Lariboisière à Paris.Si, au moment de sa mort, il n’était plus un inconnu et si les critiques le considéraient comme un authentique poète, il n’était pas encore le chantre de l’Internationale.Ce texte a-t-il été écrit durant la «Semaine Sanglante» en 1871 comme l’affirme son auteur, ou plus vraisemblablement pendant son exil en Angleterre et en Amérique ?Toujours est-il qu’il ne sera publié que 16 ans plus tard.Mais il manquait encore une chose à... [Lire la suite]
Posté par JeamS à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 septembre 2021

Brèves N°91 : 1961 : manifestation des algériens à Paris

Le 7 janvier 1961, 75% de l’électorat se prononce pour l’autodétermination du peuple algérien.Madeleine Vignes, secrétaire fédérale, tempère néanmoins la satisfaction exprimée après l’ouverture des négociations le 14 mars 1961 : « Il serait dangereux de penser qu’il suffit que la négociation s’ouvre pour qu’elle aboutisse. Les exigences des trusts du pétrole et des bénéficiaires de la coloni-sation sont grandes».17 octobre : le FLN d’Algérie (Front de Libération Nationale) appelle, en refusant que la CGT y prenne part, à une... [Lire la suite]
Posté par JeamS à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 septembre 2021

Brèves N°90 : 50e anniversaire de la circulaire 054 du 8 juin 1971

Au conseil national des 6 et 7 avril 1971, Emile Quéré présente aux participants ce qui va devenir la Circulaire 054 du 8 juin 1971, régissant les droits syndicaux, confirmée en bulletin officiel cinq mois plus tard. En voici les 6 points essentiels :– Les organisations syndicales constituent la voie naturelle de représentation du personnel.– Les autorités hiérarchiques responsables doivent se prêter, de la manière la plus large possible, au dialogue avec les représentants des syndicats et sections syndicales.– Nul ne peut être... [Lire la suite]
Posté par JeamS à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 septembre 2021

Brèves N°90 : 1951, la révocation de Georges Frischmann et de rené Duhamel

Le 25 janvier 1951, à Berlin, Georges Frischmann signe avec son homologue du syndicat des PTT de la RDA une déclaration contre le réarmement de l’Allemagne et la reconstitution de la Wehrmacht. Ce texte appelle les travailleurs des PTT de France et d’Allemagne «àfairetousleursefforts» pour, notamment, «éviter que les PTT soient utilisés pour la guerre, mais au contraire, pour qu’ils soient exclusivement réservés aux besoins pacifiques des peuples…et pour créer dans tous les bureaux et services de larges et actifs comités de paix». Le... [Lire la suite]
Posté par JeamS à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 septembre 2021

Brèves N°90 :1941, Fernand Piccot est arrêté

Fernand Piccot (1906-1985), responsable CGTU des PTT avant-guerre, militant communiste, est arrêté le 2 mai 1941. Il est incarcéré à la prison de la Santé durant plus de trois mois. Alors qu’il doit être libéré, il va être déplacé dans plusieurs camps d’internement. Il est au camp de Châteaubriant le 22 octobre 1941, lorsque les 27 otages, dont Jean Grandel (1), sont fusillés. Il raconte : «les 27 otages avaient été parqués dans la même baraque en attendant que les Allemands les emmènent. Quant aux autres détenus, nous étions enfermés... [Lire la suite]
Posté par JeamS à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mars 2021

Brèves N°89 : 1941 Les associations professionnelles de fonctionnaires dans les PTT et le statut des Fonctionnaires de Pétain

La loi sur les associations professionnelles pré- cède la promulgation du statut des fonction- naires, qui y fait référence. Les grands principes sont d’ores et déjà clairement indiqués : l’Etat français veut un syndicalisme de type corpora- tisme, où patrons et salariés ne se combattent plus, mais collaborent pour le grand bien de leur patrimoine commun : la profession !!!Pour compléter cette loi, le 14 septembre 1941, le statut des fonctionnaires de Pétain voit le jour. Il ne comporte aucun droit, mais beaucoup de devoirs.Devoirs... [Lire la suite]
Posté par JeamS à 12:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,